Un levain pour la vie

L'amour est une Force qui ne reste jamais inefficace.

Préserver et protéger la pureté des mœurs

  Apprendre à bien se garder des plaisirs de la chair Protégez les enfants de la première chute et préservez leur pudeur : ainsi, à l'âge adulte, ils maîtriseront sans peine leur chair et ne succomberont pas aisément ; mais il suffit d'une négligence, et l'esprit malin de la chair en prend aussitôt possession ! Car aucun diable n'est plus difficile à chasser de l'homme que ce diable de la chair, qui ne peut en sortir qu'à force de jeûne et de prière.

Pour cette raison, gardez-vous de harceler les petits ou de les stimuler et d'enflammer leur chair par un excès d'ornements et des vêtements provocants ! Malheur à celui qui se rendra ainsi coupable de péché contre la nature des enfants ! En vérité, il vaudrait beaucoup mieux pour lui ne jamais être né ! Je châtierai Moi-même de toute la force de Mon courroux l'impie qui attentera à la nature sacrée de la jeunesse !

Car une fois que la chair est devenue fragile, l'âme, n'étant plus fermement soutenue, ne progresse plus que difficilement vers son accomplissement. Quel travail pour une âme faible que de guérir une chair faillie et de lui rendre son intégrité ! Souvent, quelle n'est pas son angoisse lorsqu'elle constate la fragilité et la faiblesse de sa chair, sa demeure terrestre ! À qui la faute ? À ceux qui ont mal veillé sur les enfants, et aux tracasseries dont les petits enfants sont l'objet de la part de toutes sortes de gens !

En l'occurrence, la corruption des mœurs est toujours plus grande dans les villes qu'à la campagne ; aussi, vous qui êtes Mes disciples, vous devrez un jour attirer l'attention des hommes là-dessus et leur montrer les multiples effets fâcheux d'une chair trop tôt faillie, et beaucoup en tiendront compte, et l'on verra paraître des âmes saines dans lesquelles il sera plus facile d'éveiller l'esprit que ce n'est le cas à présent pour beaucoup d'entre eux !

Voyez tous ces aveugles, ces sourds, ces estropiés, ces lépreux, ces perclus ; voyez aussi ces enfants et ces adultes frappés de toutes sortes d'infirmités et de maladies physiques !

Tout cela est la conséquence d'une chair trop tôt faillie ! Avant sa vingt-quatrième année, l'homme ne doit pas toucher à une jeune fille — vous savez comment il faut l'entendre avant tout —, et la jeune fille doit avoir au moins dix-huit ans révolus, ou pour le moins dix-sept ; avant ce temps, elle n'est mûre qu'au pis-aller et ne doit connaître aucun homme ! Car avant ce temps, il arrive que l'une ou l'autre atteigne une maturité précaire ; si un homme luxurieux la touche prématurément, sa chair devient fragile et son âme faible et souffrante. Il est difficile de guérir la chair faillie d'un homme — mais combien plus difficile celle d'une jeune fille, lorsqu'elle a été brisée avant le temps !

Car premièrement, elle ne mettra pas souvent au monde des enfants vraiment sains, et deuxièmement, cela l'amènera de semaine en semaine à rechercher davantage le commerce charnel, pour devenir finalement une vraie prostituée, c'est-à-dire une -104-pitoyable flétrissure pour le genre humain, non pas tant en elle-même qu'en ceux dont l'incurie l'a menée là.

Enseignez très tôt aux enfants à aimer le Père céleste

Enseignez très tôt aux enfants à aimer le Père céleste, montrez-leur combien Il est bon et plein d'amour, comme tout ce qui existe est parfaitement bon, beau et sage et a été créé par Lui pour le plus grand bien de l'homme, et quelle affection toute particulière Il a pour les petits enfants qui L'aiment par-dessus tout. Faites- leur remarquer en chaque circonstance spéciale que c'est le Père céleste qui a ordonné et fait exister toutes ces choses, ainsi tournerez-vous vers Moi le cœur des petits, et vous verrez très vite grandir en eux l'amour envers Moi ! Si vous guidez ainsi les enfants, votre peine sera légère et portera bientôt les fruits les plus dorés, mais sinon, seulement des épines et des chardons, où ne poussent ni raisins ni figues !

Chaque fois que l'éducation de l'intelligence précède celle du cœur, l'éducation est pervertie.

La famille un trésor inestimable

Amour et sagesse dans l'éducation des enfants

 Baptême des enfants et responsabilité des parents

Voyez, le baptême des enfants, tel qu’il est pratiqué selon la tradition, n'est en soi qu'un acte extérieur, une prescription humaine, qui n'a aucune valeur devant Moi, comme n'a d'ailleurs aucune valeur devant Moi ce qui n'est fait que par respect des traditions et des usages. Bien sûr le baptême peut être chose sainte pour vous, comme moyen pour atteindre un noble but; mais jamais plus saint que le Médiateur lui-même, car sans la bénédiction de ce dernier, le moyen ne vous serait d'aucune utilité. Aussi apportez Moi vos petits enfants et baptisez les en Mon Nom, afin qu'ils reçoivent la bénédiction de Mon cœur paternel et Me soient dédiés pour l'éternité. Mais cela ne nécessite aucun acte extérieur de votre part, seulement un cœur dévoué et sincère qui Me remet ce qu'il a de plus précieux et de plus intime, son enfant, afin qu'il devienne Mon enfant. Voyez, c'est tout ce que vous avez à faire. Et si vous agissez ainsi dans la vraie foi en Moi, votre foi sera juste et vous rendra un jour bienheureux.

Et l'enfant qui Me sera confié dans la foi aura une grande avance, bien vite et facilement il Me trouvera, M'aimera, croira en Moi, et grâce à cela atteindra un jour la félicité. Mais l'enfant qui ne sera pas baptisé dans cet esprit que Je viens de vous décrire, ne sera pas en mesure de Me trouver facilement, car le germe spirituel en lui ne sera pas encore éveillé, somnolant encore du sommeil de la mort. Et à cause de cela, il ne pourra être éveillé à la vie que par l'adversité et l'angoisse. Vous tous qui êtes bénis et avez l'honneur d’élever des enfants pour Mon royaume, éveillez de bonne heure le germe du bien dans l'enfant qui, un jour, doit devenir Mon enfant. Car ceux qui me cherchent de bonne heure, Me trouvent aussi de bonne heure. À vous, parents, beaucoup vous est confié. Mais si vous avez bien conscience de votre devoir, vous serez largement bénis un jour dans Mon royaume. C'est pourquoi veillez assidûment sur les jeunes âmes qui vous ont été confiées, priez et implorez pour eux avec sérieux, et présentez-les journellement devant Ma face afin que Je puisse les aimer et les bénir comme un véritable père qui aime ses enfants.

La femme en tant que mère

 Regardez votre monde, quelle éducation, quelle direction spirituelle est donnée aux jeunes filles, qui deviendront un jour mère et auront des enfants à éduquer. Déjà par une vie physique dévoyée par la recherche du plaisir et la coquetterie, les mères ruinent leur propre santé et sont incapables d'accoucher sans assistance médicale, ni d'allaiter leur nourrisson sans recours extérieur. Et justement parce qu'elles ne savent pas ce qu'elles devraient être, et ce qu'elles sont réellement devenues, il y en a beaucoup qui vont au-devant d'une mort malheureusement bien trop précoce. Leurs propres erreurs, elles n'en portent pas elles seules les conséquences, elles les font aussi subir à des êtres innocents que, très souvent, elles ont procréés dans la luxure, mis au monde comme des êtres faibles et handicapés et non comme des enfants vigoureux, et confiés ensuite à des personnes étrangères comme si le lait venant de la poitrine d'une mère aimante avait la même valeur qu'un lait payé! Ô hommes, ô femmes! Quelle myopie, quel aveuglement! Car vous ne savez pas ce que vous faites, et que vos fautes se répercutent sur vos enfants et petits-enfants!

L'éducation commence au berceau

 Si vous voulez former des hommes selon Mon cœur, vous devez commencer par les enfants : car en vérité Je vous le dis : l'enseignement au berceau vaut mieux que toutes les grandes écoles du monde ! Et celui qui veut faire des enfants des hommes doit les aimer et être véritablement patient avec eux. Un enfant est par nature plus pauvre que cent mendiants, car il est pauvre en esprit, -54-pauvre en force physique et pauvre en possessions. C'est pourquoi Je vous le répète, et à travers vous à tous les hommes à qui cet évangile sera prêché : Celui qui accueille l'un de ces enfants en Mon nom, c'est Moi-Même qu'il accueille, et en M'accueillant ainsi en tout amour, il accueille le Père céleste, et sa maison ne manquera pas d'être bénie. Car ces enfants sont la vraie bénédiction de Dieu dans la maison où on les soigne, les nourrit et en fait de vrais hommes et en cela, peu importe leur sexe : garçons ou fillettes, ces enfants sont pareils aux anges des cieux.

L'amour maternel

 Lorsque Je veux attirer quelqu'un à Moi - et tout particulièrement une mère, quel moyen pensez-vous que J'utiliserai pour arriver à Mes fins? Voyez, ce n'est pas à elle que J'enverrai une douleur quelconque, mais à son enfant, et voyez, la mère, qui aurait supporté froidement et avec résignation sa douleur, tremble à la moindre accélération du pouls chez son enfant! S'il ne s’agissait que d'elle, elle s'adresserait sans doute à un médecin plutôt qu'à Moi, mais pour son enfant malade, sa première pensée, son premier regard est dirigé, même involontairement, vers Moi. Ainsi c'est l'amour maternel, une des plus puissantes impulsions, un amour particulier, qui l'amène à Moi ; et croyez-vous que Je suis indifférent à son cri et à ses larmes qui montent au ciel ? Certainement pas ! Cependant sa prière n'est pas toujours exaucée aussi vite qu'elle le voudrait, et souvent pas du tout, mais selon Mes critères où d'autres raisons importantes entrent en jeu.

L'amour doit-être le moteur de l'éducation

 Vous devez seulement veiller à ce que vos enfants, dans tout ce qu'ils font, ils le fassent en Mon honneur. Apprenez-leur très tôt à tout recevoir de Ma main, afin que l'orgueil et la vanité restent loin de leur cœur, et qu'ils reconnaissent avec gratitude que c'est Moi le dispensateur de tous les dons, et que ce ne sont pas leurs efforts seulement, mais la force de Dieu qui les rend capables de faire toutes sortes de bien. Partout l'amour pour Moi doit être l'impulsion qui vous fait agir - C'est pourquoi éveillez avant tout l'amour pour Moi dans le cœur des petits enfants. Mettez chaque jour Mon image devant leur âme et habituez-les à parler régulièrement avec Moi. Inculquez leur que Je suis toujours présent, qu'ils agissent bien ou mal, car Je les vois partout où ils sont, et que Je n'ai de joie qu'à un enfant sage et obéissant. C'est ce qu'un cœur enfantin comprend le plus facilement. Et dès qu'il en sera bien convaincu, il sera aussi facile à diriger - si vous implantez dans les âmes des enfants de l'amour et non de la crainte. C'est sur ce point que si souvent des parents, à cause d'un zèle aveugle, manquent leur but. Essayez seulement une fois de Me présenter à vos enfants comme le meilleur Père, plein d'amour et de bonté, qui les aime au-delà de toute -59-mesure, et qui ne veut rien d'autre que d'être aussi aimé par eux de tout leur cœur comme le meilleur des pères - et voyez si vous n'aurez pas plus de succès qu'en leur parlant sans cesse de ma sévérité, de Mes punitions, et même de Ma colère. Ne leurs dites pas comment Je punis lorsqu'ils sont désobéissants, mais racontez leur combien Je les aime quand ils sont sages. Et la perspective de Mon amour réchauffera leur cœur, qui s'enflammera pour Moi, car ils ne manqueront pas de se tourner vers le bon Père céleste et de le suivre librement.

Le véritable amour parental

Toi , mère des corps [de tes enfants], dispense ton amour maternel à tes enfants comme Moi Je dispense Ma grâce, - afin qu'aucun de tes enfants ne devienne jaloux par secrète envie, et ne regarde son frère ou sa sœur avec malveillance. Que la mesure de ton amour soit égale pour chaque enfant, afin que Moi aussi Je puisse dispenser également Ma grâce avec une même mesure bien pleine à chaque enfant! Sinon ceux qui seront plus aimés bénéficieront de moins de grâce, et ceux qui seront moins aimés recevront davantage de Ma grâce. Car vois, Je suis le Père de tous les persécutés et un consolateur de tous les affligés, mais aussi un juge très sévère des enfants que vous aimez trop. Car l'excès de votre amour corrompt vos enfants et les rend inaptes à recevoir Ma grâce. C'est pourquoi veille à ce que tes enfants reçoivent de façon égale ce qui leur est nécessaire et leur fait du bien, maîtrise ton cœur, et tu resteras au centre de Ma grâce! Et crois que c'est bien Moi, ton bon Père céleste, qui te dit cela. - Ce que tu vois de façon vague, Je le vois de façon très nette. Et là où tu regardes avec une grande sévérité, Moi Je regarde avec indulgence. Ce que le monde juge, Je l'accueille, et ce que le monde élève, sera un jour abaissé devant Moi. - Vois la femme adultère sévèrement jugée par le monde! Sa faute Je l'ai inscrite sur le sable, afin que le vent l'efface. C'est ainsi que vous devez aussi tous agir si vous voulez devenir Mes vrais enfants, que J'aime plus que tu ne pourras jamais le comprendre. Tout comme le soleil brille et la pluie tombe pour toute la végétation, de même votre amour doit embrasser tous vos enfants! Mais que pour les étrangers il [brûle] comme un incendie et [arrose] comme une pluie torrentielle, afin d'éteindre le moindre égoïsme dans le cœur de vos enfants, ce qui fortifiera votre confiance et Me permettra de vous aider dans vos plus grandes faiblesses.

De la confiance à l'amour

Éduquer sans inspirer peur ni crainte

Éduquer sans inspirer peur ni crainte (Le Seigneur:) .... J'ai le plus grand plaisir à un comportement qui ressemble à celui des petits enfants qui n'ont aucune crainte envers leurs parents et sont toujours pleins d'entrain, parlent et crient sans se gêner, comme s'ils étaient les maîtres de la maison ; mais quand ils ont faim et soif, ils courent auprès de leurs parents, poussés par leur amour confiant, et leur demandent du pain ; et lorsqu'ils l'ont obtenu, ils les remercient bien mieux en montrant leur joyeuse satisfaction qu'en faisant preuve d'une vénération exagérée et craintive, ou en leur offrant en plus des remerciements qui n'en finissent pas et ne signifient pas grand-chose ! -57-Ou bien n'en est-il pas ainsi que père et mère apprécient mille fois plus que leurs petits enfants goûtent devant eux avec une joie véritable aux dons qu'ils leur ont faits, et qu'ils préfèrent les voir bien portants et frais comme des fleurs après une pluie rafraîchissante, plutôt que de les regarder trembler de peur et de respect devant eux ? Mais si les parents offrent du pain à leurs enfants avec amour et que ceux-ci n'osent même pas le prendre et encore moins le manger, montrant une mine qui fait penser à de l'herbe fanée et nourrie par de faibles racines qui aurait poussé entre deux crevasses rocheuses, que doivent-ils penser d'eux ? Vois : n'est-ce pas là pure folie ? Mais les lois de l'amour et de la sagesse qui en découlent disent : pour celui qui est restreint dans ses possibilités, tout doit être maintenu dans de justes limites ; car ce qui est illimité apporte la mort à ce qui est limité. Tu ne peux pas M'aimer en tant que Dieu, mais seulement en Ma qualité d'être humain ; car quelle poitrine limitée pourrait bien supporter le Dieu infini, le feu inextinguible de l'Amour divin, quel être limité pourrait tolérer l'abondance sans fin de la sagesse divine ? Quel petit enfant peut également aimer sa mère de la même façon qu'elle l'aime ? Et le pourrait-il de ses faibles forces, qu'adviendrait-il bientôt de lui ?

Les conséquences d'une mauvaise éducation

 Si l'on aime vraiment ses enfants, il importe avant tout d'éduquer leurs âmes en sorte qu'ils ne soient pas absorbés par la matière. Quand les âmes sont élevées dans la juste ordonnance, elles deviennent très vite capables d'accueillir l'esprit en elles, elles ne seront donc plus jamais faibles et il ne sera pas question pour elles de suicide.

Mais avec l'éducation ridicule que vous donnez à vos enfants, particulièrement dans les villes, il ne peut en être autrement. Aussi, accoutumez très tôt vos enfants à chercher le vrai royaume de Dieu dans leurs cœurs, et vous les aurez ainsi plus que royalement parés et leur aurez laissé le plus grand et le plus bel héritage en ce monde et pour l'éternité !

Quant aux enfants trop choyés, ils ne font jamais rien de grand ! Quand bien même il ne leur arrive ou qu'ils ne font eux-mêmes pas d'autre mal, avec le temps se développe en eux une forme de faiblesse qui ne supporte pas la moindre offense ni même la moindre allusion.

Dès que l'on touche à ce point faible ou, pire, qu'on l'offense, c'en est fait de notre homme. Il deviendra enragé et furieux et cherchera à coup sûr à se venger de l'offenseur par tous les moyens, ou pour le moins le menacera et l'avertira très sérieusement qu'à l'avenir, toute plaisanterie de ce genre aurait pour lui les pires conséquences.

Une telle faiblesse n'est pas à proprement parler un mal issu du libre arbitre et de la connaissance : mais elle n'en est pas moins une faille de l'âme, un point où elle sera constamment vulnérable, et cela non seulement ici-bas, mais aussi pour très longtemps dans l’au-delà.

C'est pourquoi il vous faut prendre bien garde de ne pas laisser les dits points faibles se développer chez vos enfants, car ils deviennent à l'âme ce que les maladies mal guéries, celles que l'on dit chroniques, sont au corps. Tant qu'il fait beau et que le vent est favorable, elles se laissent oublier et le malade se sent en parfaite santé : mais dès que s'annonce quelque intempérie, ces failles de la chair commencent aussitôt à se raviver et causent à l'homme des souffrances qui le mettent souvent au désespoir.

Mais, de même qu'il est particulièrement difficile pour n'importe quel médecin de guérir ces dommages anciens du corps, il l'est tout autant, et souvent bien plus, de guérir ces vieilles failles de l'âme. Si le navigateur ne veut pas que son navire fasse eau, il ne doit pas le mener là où la mer est pleine d'écueils et de bancs de corail, mais seulement là où l'eau a la profondeur nécessaire. De même, -67-qui éduque des enfants doit être un vrai pilote connaissant bien la vie et ne pas mener ses petits bateaux de vie sur n'importe quelle eau peu profonde semée des écueils du monde, mais se risquer sur les eaux profondes de la vie intérieure, et il gardera ainsi les petits bateaux des dangereux écueils et gagnera pour lui-même la couronne d'un vrai timonier de la vie ! Bienheureux ceux qui inscriront ces paroles dans leurs cœurs ; ils seront bénis, eux-mêmes et leurs proches !

La mauvaise et la bonne éducation des âmes

 Lorsque ensuite de telles gens, comme c'est généralement le cas, ont des enfants, ceux-ci ne peuvent bien sûr être élevés autrement que selon la manière dont leurs parents ont réussi en ce monde, c'est-à-dire par toutes sortes d'astuces de ce monde. Ils font donc apprendre à ces enfants quantité de choses - mais tout cela uniquement pour le monde ! De l'éducation de l'âme, qui devrait être considérée avant tout, il n'est tenu absolument aucun compte, et il ne peut en être autrement, puisque les parents, tout comme les professeurs et les éducateurs qui cherchent à leur plaire par amour du gain, n'ont eux-mêmes plus aucune idée de la vie intérieure.

Tout est mis en œuvre pour former et aiguiser au plus tôt l'intelligence. L'enfant est stimulé autant qu'il est possible par toutes sortes de présents et de récompenses, et dès son plus jeune âge, avec le développement de son intelligence, il s'exerce autant que possible à l'égoïsme et à l'avidité, porte de beaux vêtements et des ornements, et il n'est pas rare qu'avant l'âge de dix ans il ne se sente plus d'orgueil.

Malheur au pauvre enfant, voire au pauvre homme qui ne témoigne pas à cet enfant perverti les honneurs qu'il désire, ou qui se moque franchement de lui ! Car il se fait de cet enfant gâté un ennemi à vie ! Où trouverait-on encore en de tels êtres cette force vitale intérieure qui est à Mon image ?! Où est donc la maîtrise de l'homme sur la nature tout entière et sur les éléments dont est nécessairement constitué tout ce qui existe ?!

Au contraire, lorsque, chez l'homme, c'est le cœur qui est façonné d'abord et avant tout, et qu'ensuite seulement il s'y ajoute une formation de l'intelligence très facile à mettre en œuvre et très efficace, l'intelligence ainsi éveillée devient alors un éther de vie lumineux et actif, qui baigne l'âme de même que l'éther lumineux entoure de ses flots le soleil, produisant les magnifiques résultats que vous voyez animer toutes les parties de cette terre. Lorsque l'âme de l'homme est correctement formée, elle est et demeure à la fois tournée vers l'intérieur et active, et ce que vous appelez "intelligence" est le rayonnement de l'activité intérieure de l'âme.

La lumière extérieure de l'intelligence éclaire toutes les circonstances extérieures, si critiques soient-elles, dans lesquelles se trouve l'âme, et la volonté de l'âme passe alors dans cette lumière extérieure et, par son action merveilleuse, fait fructifier et prospérer toute chose : car, parce que l'ordonnance de l'homme est disposée selon Mon ordonnance, sa volonté et sa confiance sont également issues de Moi ou de Ma volonté toute-puissante, à laquelle toute créature doit se soumettre. Aussi, ce que veut un homme ainsi établi dans l'ordonnance doit arriver, même loin à la ronde, pour la bonne raison que la sphère vitale extérieure de l'homme est traversée par le souffle de Mon esprit, à qui toute chose est possible.

L' éducation des enfants chez les Nubiens

(Un Nubien :) Nous ne frappons jamais nos enfants, ni aucun animal : mais, avec patience et indulgence, nous enseignons sans relâche à nos enfants tout ce que nous avons reconnu comme bon, vrai et nécessaire. Et une fois que nos enfants sont devenus grands, forts et raisonnables, nous ne les traitons plus comme des esclaves à vie, mais comme nos frères et nos égaux, nés tout comme nous, leurs parents, de la main de Dieu avec tous les droits de la vie. Pourtant, nos enfants nous aiment infiniment, et jamais un fils ou une fille ne trahit son père ou sa mère !

Chez les Blancs, nous avons vu des enfants ramper et gémir de crainte comme des chiens devant les visages sévères de leurs parents ! On aurait pu en conclure que c'étaient des anges que l'on formait ainsi. Mais lorsqu'il arrivait que de tels enfants ne soient plus sous les yeux de leurs parents, ils changeaient du tout au tout, et on aurait pu aisément les prendre pour des disciples du diable, tels ceux dont le grand prêtre de Memphis nous a appris la maligne présence dans les abîmes de la terre.

- Grand merci, mais nous préférons nous passer éternellement d'une telle éducation !

L' éducation de la raison et de l'âme chez les Nubiens

 (Le même Nubien:) Chez nous, une véritable éducation consiste d'abord à ennoblir autant que possible les sentiments de nos enfants selon ce que nous sommes ; une fois que le cœur est en ordre, alors la raison reçoit à son tour l'éducation qui est la nôtre.

Les Blancs, eux, commencent par former la raison de leurs enfants dès leurs premiers balbutiements, et ils croient qu'une fois que l'intelligence de l'enfant sera parfaitement constituée, elle saura bien s'occuper elle-même des sentiments.

Ô Seigneur, quelle n'est pas la stupidité des Blancs à cet égard, pour qu'ils ne voient pas qu'une raison formée la première ne fera jamais que tuer le cœur ! Car l'intelligence pure rend l'enfant vaniteux et orgueilleux ; et une fois que la vanité, la suffisance et l'orgueil se sont rendus maîtres des sentiments, quiconque tentera de changer ces derniers aura tôt fait de se convaincre qu'un vieil arbre poussé de travers ne se laisse plus jamais redresser.